Ecrire une bonne histoire : soyez sensationnels !

Avez-vous vérifié qu'il ne vous manquait rien de ce qui fait une histoire à couper le souffle ?


Les ingrédients

  1. le scénario : insolite et original, il doit répondre aux interrogations du lecteur, sous peine de laisser celui-ci sur sa faim. Une bonne méthode pour ne rien oublier est celle du QQOQCCP.
  2. l'action : intense, et surtout crédible par rapport aux envies et aux valeurs des personnages (qui ne doivent pas être des clones les uns des autres)
  3. le style : sobre et incisif, votre style doit s'appuyer sur des mots bien choisis. N'oubliez jamais qu'une nouvelle n'est pas un roman !
  4. le rythme : très rapide, voire haletant, on n'a pas le temps pour de longues sérénades sur fond de coucher de soleil ou une description des fonds sous-marins à la Jules Verne !
  5. la longueur : le récit doit être court et dynamique, donc peu de personnages, ou bien certains risqueraient fort d'être inintéressants, faute d'avoir été suffisamment développés.
  6. les personnages : décrivez-les hauts en couleurs, insolites, et animés de leurs propres objectifs, qualités, et bassesses, qui s'entrechoquent dans une histoire bien vivante, et attachante ! Inspirez-vous de personnages réels ou non : dans votre entourage, sur Wikipedia, dans les actualités...
  7. l'émotion : utilisez des verbes de sensation, d'émotion, de sentiment.
  8. l'époque : antique, médiévale, moderne, futuriste... l'époque a nécessairement un impact sur l'histoire, mais aussi les personnages, l'ambiance, etc.
  9. le décor : comme les personnages, les lieux doivent présenter une atmosphère particulière et participer au déroulement de l'histoire.
  10. la mise en forme : elle doit être professionnelle, donc impeccable

L'anatomie de votre nouvelle

  1. l'accroche : en général une anomalie, un séisme dans le petit monde bien ordonné qu'était la situation initiale.
  2. des rebondissements surprenants : le lecteur doit être tour à tour ébahi, émerveillé, bouleversé, désorienté, stupéfait, suffoqué, terrorisé, transi... il doit sortir bien vivant d'un grand huit émotionnel : les larmes aux yeux et le sourire aux lèvres !
  3. l'apogée : c'est un moment de l'histoire qui doit concentrer toute la tension émotionnelle, faire en sorte que le lecteur soit au bord de son siège, prêt à se jeter dans un puits avec son héroïne ou son héros.
  4. la chute : l'histoire se termine sur un nouvel équilibre, imprévisible et sensationnel ! Soyez brutal, n'épargnez rien à votre lecteur : terminer sur un dénouement cousu de fils blancs serait insulter l'intelligence de vos lecteurs !

Pour progresser

  1. inspirez-vous des nouvelles que vous avez déjà lues (ou que vous allez lire !) : Jack London, Edgar Poe, Conan Doyle... il y a énormément de classiques qui sont aujourd'hui dans le domaine public, et donc disponibles gratuitement sur internet.
  2. demandez la relecture de votre texte par d'autres personnes (amis, collègues, forums d'écriture, etc.), et écoutez leurs critiques humblement, sans les couper. Ce sont vos premiers lecteurs : s'ils vous suggèrent des modifications, ne le prenez pas comme une critique personnelle, mais comme une vraie volonté de vous aider à améliorer votre texte !