Appel à textes - Thème : Hommes fatals et femmes à abattre

Organisateur Revue Squeeze

Signes
0
25.000
Frais 0 €
Public Ouvert à tous
Envoi Papier
Avant le 31/05/2021 Vu 467 fois

"Super livre je le recommande il donne plein d''idées d'écriture !"

Écrire - un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d'écriture créative sur Amazon.fr

"Si vous cherchez un livre sur la gestion de projet qui vous permet d'éviter 90% des erreurs classiques, vous l'avez trouvé."

Gérez vos projets - Les clés pour réussir étape par étape sur Amazon.fr

"J'ai beaucoup aimé ce livre, le cheminement est intéressant et permet d'avoir une très bonne approche sur les bases de l'écriture. Je le recommande, il se lit très bien comparé à certains ouvrages, qui pourraient paraître lourds par leur contenu."

Mes secrets d'écrivain sur Amazon.fr
Ouvert à tous				 
-
0 €
Publication dans la revue
 Appel à textes HOMMES FATALS ET FEMMES À ABATTRE - Squeeze n°24

Tous les registres sont bienvenus et tous les styles d’écriture sont acceptés tant qu’ils sont bons et littéraires. Les textes doivent être composés dans le cadre du thème en cours et proposés via le formulaire d'envoi situé en bas de page.
Taille maximum : 25 000 signes espaces compris.

HOMMES FATALS ET FEMMES À ABATTRE

DEADLINE : 31 – 05 – 2021


Alors de quoi s'agit-il ?

Parle-t-on de sexisme ? de pirouettes inclusives ? de retournement de situation ? ou parle-t-on d'évolution naturelle et de cours des choses ?

Il est sans doute affaire de travestissement, de carnaval ; à moins qu'on ne soit pas du tout à la fête et qu'on se réfugie derrière un masque pour courir loin, car peut-être est-il aussi question de dégringolade et de menace imminente. Gare : les apparences sont trompeuses, des mirages nous attirent vers le côté trouble, le parfum des fleurs étourdit et notre nourriture quotidienne s'accomode de préjugés et de stéréotypes sur lesquels il est hasardeux de s'appuyer.

Avec le petit doigt en l'air on aurait demandé inversions, simulations et virages brisés, mais Squeeze garde la main sur la crosse de son revolver et dit hommes fatals et femmes à abattre, exactement comme Calamity John ou la grosse dure au fond du saloon.