Concours de nouvelles - Thème : Dans les villes du Futur

Organisateur Editions Arkuiris

Genre littéraire

Signes 50 000
Frais 0€
Public Ouvert à tous
Avant le 15/10/2017 Vu 8425 fois

Attention, ce concours est fermé

1/06/2018
Toulouse (Haute-Garonne)
300€
2e prix : 200€, 3e prix : 100€
Ouvert à tous				 

Votre entreprise vous a confié un projet et vous ne savez pas par quoi commencer ?

Découvrez comment organiser, planifier et réussir tous vos projets. Avec un langage clair, des anecdotes historiques et de nombreux exercices pratiques !

Gérez vos projets sur Amazon.fr
En partenariat avec le Prix « Ecrire la Ville »,  les éditions Arkuiris lancent un nouvel appel à textes en collaboration avec le laboratoire LISST-Cieu (Université Toulouse 2 Jean Jaurès), pour une anthologie de nouvelles sur le thème :
« Dans les villes du Futur ».

Les villes sont des lieux de prédilection pour le déploiement d’un imaginaire sur des futurs envisageables, probables ou redoutables. Ce sont aussi les cadres de nombreux projets utopiques et de représentations de l’humanité en train d’advenir.

Elles sont l’un des thèmes fondamentaux des romans de science-fiction, qui oscillent entre le chaos des bas-fonds et le faste des cités impériales galactiques. Les plus grands auteurs les ont décrites de IGH de Ballard à La ville est un échiquier de John Brunner pour les romans, ou de Blade Runner (tout de même inspiré du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? écrit par Philip K. Dick) à Dark City pour les films.

Les romans policiers ont également profondément contribué à faire émerger le thème de la ville et à en renouveler les perspectives. On sait par exemple la dette que l’on a vis-à-vis d’Arthur Conan Doyle, de Raymond Chandler ou de James Ellroy dans la connaissance parfois intime de cités comme Londres à la fin du XIXe siècle ou de Los Angeles dans les années 1930 ou 1950 tant les personnages qu’ils ont créés se fondent dans le décor de leur ville, en exprime l’humeur, parfois la violence et les contradictions…

A côté de ces deux genres littéraires que l’on pourrait qualifier d’évidents dès lors qu’il est question de ville, il serait souhaitable de mentionner un genre beaucoup plus contemporain, celui auquel le Prix « Ecrire la ville » s’efforce de rendre hommage depuis deux ans : les récits de déambulation urbaine, fourmillant de détails, livrant une perspective sensible, subjective…

Pour le présent appel, il s’agira d’imaginer des histoires qui se déroulent dans les cités du futur, sur Terre ou ailleurs ou dont le sujet est les cités du futur. Mais attention, la ville ne devra pas être un simple « décor », au contraire, il devra s’agir d’un élément fondamental ou en tout cas majeur de l’intrigue.

Tous les genres littéraires sont acceptés : science-fiction, fantastique, polar, mais aussi fictions contemporaines…
Les textes devront être inédits, y compris sur le Web. Un seul texte pourra être déposé par auteur.
Longueur maximale : 50 000 signes (espaces compris), pas de minimum.
Cette anthologie sera coordonnée par Yann Quero, qui établira une sélection de quinze à vingt nouvelles. Cette sélection sera soumise à un jury d’écrivains du Prix « Ecrire la ville ».

Les trois meilleures recevront respectivement :
1er Prix : 300 euros
2ème Prix : 200 euros
3ème Prix : 100 euros
Le jury se réserve aussi la possibilité de décerner un prix « coups de cœur ».
Les trois nouvelles primées ainsi que les autres validées par le jury seront publiées dans une anthologie à paraître en 2018.

Calendrier du concours :
Date limite d’envoi des textes : dimanche 15 octobre 2017, à minuit (heure française)

Annonce de la présélection : vendredi 1er juin 2018, à l’occasion de la séance de clôture du Colloque international « La ville vue du CIEU » qui se tiendra à l’Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès

Sortie de l’anthologie et remise des prix du Jury : novembre 2018, en concomitance avec l’annonce du Prix « Ecrire la ville » de 2018.

Nouvelles à envoyer à l’adresse :
appelsarkuiris@gmail.com

Normes de présentation
Fichiers sous format .doc ou .docs
Nom du fichier : nom de l’auteur-titre de l’appel
Mise en page la plus simple possible (type Word 12, interligne simple, marges 2,5 cm).